Et même si c’est bateau

 

 

 

Je vois des rochers nus

Par dessus ton épaule

Des mâts cordes tendues

Que de grands oiseaux frôlent

 

Je vois tes lèvres aller

Et venir sur les miennes

Ma peau au teint hâlé

Sous tes mains bohémiennes

 

Je vois des nuits sans lune

Nous perdre aux yeux du monde

Et des champs d’algues brunes

Et de belles mappemondes

 

Je vois des baies danser

Danser jusqu’aux aurores

Je nous vois nous marrer

D’une vague par dessus bord

 

Et même si c’est bateau

Mettons vite les voiles

Je veux te faire cadeau

D’un amour sans escale

 

Et même si c’est bateau

Garder les pieds sur terre

Ne m’amuse plus trop

Je veux partir en mer

 

Je vois des iles au vert

Et des palmiers frissons

Qui bougent au fond de l’air

Au-dessus des lagons

 

Je vois planer l’écume

Et des poissons volants

Du corail qui s’enrhume

Au fond de l’océan

 

Je vois l’eau des hublots

Et des carnets de bords

Dans le murmure des mots

Les rêves qui prennent corps

 

Vois cette envie soudaine

Qui monte à la surface

Tahiti, Naples, Aden

Djibouti, pile ou face ?

 

Et même si c’est bateau…